PETRA INFO

Connaitre PETRA
dossier de présentation

_______________

Le mot du président

A noter
Informations, évènements à ne pas manquer

_______________

Rejoindre PETRA

Contact

_______________

On en parle
Quelques articles parus dans les media

Sur Radio-Notre-Dame

Témoignages
Des stagiaires témoignent

_______________

Accueil

Qu’est-ce que la « Relation d’accompagnement » ?
Témoignage de Gilles

Voici une partie de la réflexion que j’ai pu mener, au cours de toutes ces années, sur ce que pouvait être la «Relation d’accompagnement» à PETRA. En effet, au début du stage, s’instaure un lien...

Comme beaucoup d’entre-vous le savent déjà, je quitte PETRA pour me tourner vers d’autres activités et le Président m’a demandé de dire quelque chose avant de partir. Comme je ne sais rien lui refuser, j’ai accepté. Je voudrais mettre cependant les choses au point : il ne s’agit absolument pas de mon testament !
Plus sérieusement je voudrais, à l’occasion de cette Assemblée Générale, vous livrer une partie de la réflexion que j’ai pu mener, au cours de toutes ces années, sur ce que pouvait être la «Relation d’accompagnement» à PETRA. En effet, au début du stage, s’instaure un lien tout à fait spécifique et très particulier qui relient deux personnes, l’accompagnateur et le stagiaire PETRA, qui, ne se connaissant absolument pas, se trouvent embarqués dans un cheminement commun pour une durée… indéterminée… ou, à tout le moins, inconnue à l’avance !
Pour moi, la «Relation d’accompagnement» a un rôle très important car elle permet à l’autre de «se dire». Elle ne peut valablement s’exercer, à mon avis, que dans un certain cadre qui implique confiance, sécurité et respect mutuel. L’accompagnateur doit essayer de repérer ce qui est symbolique et qui fait sens chez le ou la stagiaire.
En effet, l’accompagnateur a sa personnalité propre, mais, n’étant pas un thérapeute, il n’a pas à sa disposition les outils d’un psy. Par contre, il doit s’efforcer de trouver une «concordance de phase» avec le stagiaire pour lui permettre de libérer son discours.
Pour que cette relation produise de «bons fruits» l’accompagnateur doit s’imprégner du langage et du comportement du stagiaire. Il doit aussi savoir laisser parler son cœur, et, au cours des différents entretiens, il doit être particulièrement attentif à souligner la réussite.
Dans la «Relation d’accompagnement» on ne saurait évacuer complètement l’émotion. Bien sûr, il faut être capable de la maîtriser, mais tout ce que dit le stagiaire, et vous le comprenez sûrement fort bien, suscite dans l’esprit de l’accompagnateur, et aussi dans son coeur, des images et des émotions qu’il serait vain, voire dangereux pour la suite de la « Relation d’accompagnement », de négliger.
Pour que l’accompagnement soit profitable, au sens plein du terme, il faut aussi, comme je l’ai dit tout à l’heure, qu’il y ait une confiance mutuelle, un respect mutuel, une liberté d’expression mutuelle. Cela paraît évident dit comme cela, mais pensons à nos a priori et à nos schémas tout faits. En effet, les résonances, l’histoire, le savoir, la vision du monde de l’accompagnateur, ont forcément un impact dans sa relation avec le stagiaire PETRA.
Ces résonances, cette histoire, cette vision du monde peuvent, si l’on n’y prends pas garde, encombrer la «Relation d’accompagnement» avec le stagiaire au point de la rendre inopérante. L’accompagnateur doit les avoir identifiés et repérés le mieux possible pour pouvoir être pleinement attentif à l’autre.
Pour mieux vous faire comprendre cette idée, je voudrais vous parler de la «météo intérieure». Cette météo intérieure c’est la manière dont on se prépare à la «Relation d’accompagnement» qui va être instaurée avec le stagiaire PETRA. C’est : quelle attitude l’accompagnateur a-t-il vis-à-vis du stagiaire au moment de l’entretien, en ayant bien repéré ses propres «filtres» en étant bien conscient de l’impact de son état d’esprit du moment.
Évidemment, et vous tous ici présents, le savez bien, la «Relation d’accompagnement» privilégie tout particulièrement le respect de la parole de l’autre par une écoute attentive. Pour moi l’écoute c’est un esprit ouvert aux différences, à l’altérité. C’est la reconnaissance de la liberté de l’autre, c’est une compréhension active. C’est aussi accepter de se tromper et se donner les moyens de corriger ses erreurs. L’essentiel, et avec le recul de l’expérience que me donnent toutes ces années passées à PETRA je ne pense pas me tromper, c’est d’être vrai et authentique dans la «Relation d’accompagnement», ce qui permet d’être efficace et de produire de bons fruits.
Je voudrais aussi vous dire une chose que j’ai découverte tout au long de ces années : il ne faut pas hésiter à laisser de la place au silence… et si je puis vous livrer un secret aujourd’hui, eh bien, c’est qu’il m’a fallu beaucoup de temps à PETRA pour, justement, laisser de la place au silence ! Inutile de ricaner ! Je tiens à préciser que si je parle aujourd’hui, c’est uniquement parce que le Président m’a demandé de le faire !
Plus sérieusement et pour terminer, car toute bonne chose a une fin, comme chacun sait, je suis convaincu que faire place au silence permet d’écouter et d’accueillir pleinement la «personne» qui est stagiaire à PETRA et qui participe à cette «Relation d’accompagnement» que j’ai essayé de décrire devant vous aujourd’hui.
Voilà, finalement, et malgré le fait que cette petite intervention ne soit, en aucune manière, et je vous l’ai bien précisé au début, un testament, je pourrais dire à tous mes petits camarades accompagnateurs : tout au long des «Relations d’accompagnement» que vous pourrez mener dans le cadre de PETRA :
« Taisez-vous ! »
Merci de m’avoir écouté jusqu’au bout avec autant d’attention.

METHODE PETRA

_____________

Démarche
La méthode PETRA

Objectifs
Cible et moyens

Plan d'une session
Le déroulement type de la session

Accompagnement
Une part importante du stage

- Accompagner chez PETRA
par Frédéric, accompagnateur

- la relation d'accompagnement
Le rôle de l\'accompagnateur

Une charte
avec les stagiaires