PETRA 1992 - 2017

Au début des années 90, pour la première fois, le chômage commençait à affecter aussi les personnels d’encadrement.

Le chômage des cadres était alors considéré comme un épiphénomène dont la durée et l’importance ne pouvaient a priori se comparer à celles d’autres catégories professionnelles. C’était une époque où les cadres avaient été épargnés par les plans de licenciement. Mais cette situation provoqua très vite chez les intéressés un fort sentiment de déclassement socioprofessionnel. Ce sentiment générait une dévalorisation culpabilisante de soi-même au point de provoquer des souffrances psychiques, des ruptures affectives, et l’apparition de pathologies parfois très lourdes.

Bien davantage que les causes, ce sont les effets du chômage que Sr Clare, une américaine alors supérieure générale de la communauté de l’Assomption, proposa de traiter avec une équipe de cadres intermédiaires ou supérieurs.

Sans doute avait-elle compris que, pour retrouver une activité professionnelle et se réinsérer dans le tissu social, il convenait d’abord et avant tout que la personne puisse se réévaluer, reprendre conscience d’elle-même, retrouver un minimum de confiance en elle et d’estime de soi.

Avec son équipe, Sr Clare conçut alors un parcours pédagogique dont le contenu offrirait aux participants l’occasion d’aller chercher en eux-mêmes les éléments ou les ingrédients d’une réflexion enfin positive à partir de laquelle il leur serait possible de pleinement se réhabiliter.

Acronyme de PASSAGE et de TRANSITION – une autre façon de qualifier le chômage – PETRA fut donc conçu et réalisé en 1992, en ciblant spécifiquement celles et ceux de plus de 40 ans et en recherche d'emploi depuis plus d’un an.

25 années, quelque 60 sessions organisées et plus de 600 participants plus tard, si PETRA a pu faire la démonstration de la pertinence de l’intuition de Sr Clare, c’est aussi parce que le chômage n’a depuis cessé de croître au point de devenir presque endémique.

Souhaitons alors que PETRA n’ait pas à célébrer encore longtemps d’autres anniversaires car son souhait est de disparaitre dès qu’il en sera de même du chômage.

L’équipe PETRA